Bienvenue chez Ysalie Beauté

Nos ingrédients

Les peptides de collagène

flèche arrière

Cartidyss

Une origine 100% marine

Les peptides de collagène que nous utilisons dans notre phyco-complexe marin s’appelle Cartidyss®.

Cartidyss® a été développé et est produit par une entreprise innovante, installée au bord de l’Océan Atlantique en Bretagne Sud, au plus près de la ressource. Ces peptides de collagène sont obtenus à partir de co-produits marins collectés majoritairement sur les côtes bretonnes. En plus du collagène, Cartidyss contient également des glycosaminoglycanes dont fait partie l’acide hyaluronique.

Le procédé de fabrication est doux et respectueux de l’environnement.

Les peptides de collagène et les glycosaminoglycanes

Le derme de notre peau contient du collagène et de l’acide hyaluronique.

Le collagène est responsable de la cohésion et de la résistance de la peau. Avec l’âge, la production de collagène diminue, la peau devient plus fine et les rides et ridules apparaissent. L’acide hyaluronique et les autres GAGs sont responsables du maintien de l’eau dans la peau, ils sont également essentiels à la structure et la fonction du derme.
Les peptides de collagène que nous avons sélectionnés ont la particularité d’être hautement biodisponibles. Ainsi ils sont utilisés presque entièrement par notre corps sans perte. L’efficacité des peptides de collagène et de l’acide hyaluronique sur la qualité de la peau a été démontrée dans de nombreuses études scientifiques.

L’efficacité de Cartidyss a été prouvée par une étude clinique réalisée en 2020 sur 69 femmes.
Après 12 semaines de cure, l’épaisseur du derme est significativement augmentée, suggérant une augmentation de la synthèse de collagène.
D’autre part, les rides de la patte d’oie ont diminué significativement par rapport au groupe contrôle.

Publications scientifiques

document

M. Campos

“The effect of oral collagen peptide supplementation on skin moisture and the dermal collagen network: evidence from an ex vivo model and randomized, placebo-controlled clinical trials” Journal of Cosmetic Dermatology, 14, 291—301.